au Château de Montribloud, le 18 septembre 2005 au soir

Salut, mon cher ami,
  c’est ton vieux copain le squelette qui t’écrit. Ce week-end, on a ouvert pour la première fois la baraque à la visite.

  En effet, les 17-18 septembre 2005, le Château de Montribloud ouvrait pour la première fois lors des Journées Européennes du Patrimoine. A l’invitation de l’Académie de la Dombes, la famille Bodin décidait d’accueillir les amoureux du patrimoine pour cette 20° édition. Tout un programme !

Ils ont d’abord dû s’y préparer
  Tout d’abord ils se sont inscrits à toute allure auprès de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) Rhône-Alpes au mois de juin pour pouvoir être référencé. Ensuite, ils ont cherché l’inspiration de Clio, la muse de l’Histoire, pour écrire une histoire intéressante du château de Montribloud ainsi qu’établir le parcours d’une visite-type. Les oncles, tantes, neveux, nièces, cousins, tout le monde s’est affairé.

  Début septembre 2005, le programme des Journées du Patrimoine dans l’Ain est publié et mon repaire est bien dedans. Quelques membres de la
famille testent la visite pour repérer les lieux, l’histoire, les anecdotes, mais aussi les erreurs et oublis. Ils vont jusqu’à se chronométrer ! Ils jugent que la visite devrait durer 15-20 minutes. Les pauvres, ils ne savent pas combien de personnes oseront faire le détour par Montribloud.

Les Journées du Patrimoine
  Samedi 17 septembre 2005, quelques membres courageux de la famille Bodin s’apprêtent à essuyer les plâtres. Le temps est pluvieux mais l’ambiance bon enfant.
  Les amoureux du patrimoine, les curieux, les voisins, les habitants des villages environnants, les Lyonnais découvrent l’histoire du château du XIII° au XX° siècle à travers les batailles locales, les artistes, les traits architecturaux du château, en particulier la tour du XIV°, un vieux four à pain, la glacière,… Ils m’ont même mis à contribution.
Totem patrimoine 2005Journées du Patrimoine 2005 - Château de Montribloud
  Certaines questions reviennent comme celle sur le souterrain reliant le château de Montribloud à Neuville-sur-Saône, ou bien sûr la présence d’oubliettes. Le samedi et le dimanche passent, l’enthousiasme demeure. A cette occasion, toute la famille Bodin découvre ou redécouvre une fraction de l’histoire de son patrimoine, devant lequel elle passait sans y prêter une grande attention, souvent par simple ignorance ou distraction : c’est fou ce qu’il y a à dire, à partager sur ce « petit château ».

Un petit bilan de ces journées
  Trois centaines d’amoureux du patrimoine sont venus découvrir le château de Montribloud et sont repartis heureux de l’accueil et de la visite.
  A raison de dix personnes par groupe en moyenne, cela fait 30 visites assurées par cette bien brave famille.
  La moitié des personnes sont venues le dimanche après-midi.
  La plupart habitent l’Ain et la région lyonnaise.
 Certains se font un programme « Châteaux en Dombes » avec le château de Bouligneux, le château du Montellier, habituellement fermés au public, et le château de Fléchères.

  Pas découragés pour un Euro, la famille Bodin a pris de nouveau rendez-vous avec les Journées Européennes du Patrimoine (JEP) en septembre 2006 pour faire mieux en ayant un seul objectif : faire le bonheur des nombreux visiteurs.

  Sur ce, je te laisse, je n’ai plus que 363 jours de tranquillité avant le retour de ces fameuses journées du patrimoine.

Hector le squelette
Hector le squelette