Chateau de Montribloud

Le Château à la Renaissance

Accueil
Location
Histoire du Château
Journées du Patrimoine
Circuit Patrimoine en Dombes
Documents
Informations

   En 1590, Martin et Jean de Covet, seigneurs de La Mure, acquièrent un château ayant donjon, fossés et pont-levis.
  Il est plausible d’attribuer aux Covet la transfor- mation de l’austère château-fort des sires de Villars en la plaisante gentilhommière que l’on distingue dans le château actuel, et la disparition de toutes traces de fortifications devenues inutiles.


Blason des Covet
Blason des Covet
d’or à deux pins arrachés de sinople fruités d’argent entrelacés
et passés en double sautoir

   En effet, en vertu du traité de Lyon du 17 janvier 1601, les possessions savoyardes du département actuel de l’Ain, à savoir la Bresse, dont Montribloud, le Bugey et le pays de Gex, à l’exception de la vallée de Chézery-Forens, sont rattachés à la France. La Principauté de Dombes n’intègrera le royaume qu’en 1762, neuf ans avant la disparition de son parlement.

   La gentilhommière est formée de deux ailes en équerre qui se rejoignent au pied de l’ancien donjon. Des fenêtres à meneaux ouvrent largement sur l’extérieur et des cheminées apportent le confort qu’ignorait le vieux château-fort.
    Ces bâtiments subsistent, englobés dans les constructions postérieures. Ils sont facilement identifiables grâce à une fenêtre murée et aux traces des meneaux supprimés au siècle suivant. En certains endroits, la présence de murs très épais indique l’utilisation de murs antérieurs. enfin, les Covet de Montribloud ont signé leur œuvre par les deux pommes de pin couronnant les piliers de leur nouveau portail. Fenêtre à meneau du Château de Montribloud
   Cette famille acquit une immense fortune durant les XVIème - XVIIème siècle, et le 8 août 1660,
Antoine de Covet, marquis de Villars,
obtint que la baronnie de Montribloud soit érigée en comté.

   Un siècle plus tard, le 29 janvier 1754, Jean-Baptiste de Covet est pourtant acculé à vendre Montribloud à son créancier, Pierre Nicolau, pour 130 000 livres, plus 130 livres d’étrennes, inclus le remboursement de la dette de 30 000 livres. Le fils de ce dernier en profitera pour remanier le château.


___________
source :
  Visite du Château de Montribloud in « Bulletin de la Société Historique, Archéologique et Littéraire de Lyon Tome XXVIII p.71-91 - article rédigé par M. Paul Feuga - 1998
haut de page