Chateau de Montribloud

Le Château-fort
au moyen-âge
Résumé : Humbert V, sire de Thoire-Villars, fait construire à Montribloud, sur une poype, un château-fort en briques. Nous sommes au Moyen-âge en Dombes et dans l’Ain, et la guerre fait rage entre Dauphinois et Savoyards. 
  Texte : A côté de l’origine antique de Montribloud défendue par des historiens locaux du XIX°, d’autres érudits discernent dans Montribloud une origine germanique à travers les quelque transcriptions anciennes relevées : « Montribloz », « Montriblou », « Montriblout ».
  La première mention historique connue à ce jour date de 1299. Plus tard, en 1313, Montribloud apparaît dans le testament d’un chanoine de la cathédrale Saint-Jean de Lyon, Hugues Brun. Celui-ci demande à ses héritiers d'y créer une maison religieuse. Sa volonté fut-elle respectée ? Pour l'instant, c'est un mystère.

  Peu de temps après, vers 1320, Humbert V, sire de Thoire-Villars fait édifier un château-fort sur une poype. C’est l’époque dans la région de toute une série de constructions défensives rendues nécessaires par la guerre fratricide entre les comtes de Savoie et les Dauphins de Vienne. Ainsi furent édifiés ou reconstruits les châteaux de Pont d'Ain, des Allymes ….

La situation politique en Dombes au Moyen-Âge
   Lors du démembrement de l’empire romain, les Burgondes se sont installés dans la région. Après le traité de Verdun de 843 entre les petits-fils de Charlemagne, la région passe dans le giron du roi Lothaire. Son royaume, la Lotharingie s’étend de la Lorraine à la Provence, en passant par la Bourgogne, la Savoie, et le Dauphiné. Ces pays d’outre-Saône et outre-Rhône seront ensuite rattachés au Saint-Empire germanique. Mais cette puissance est bien lointaine et des seigneurs locaux émergent : ainsi voit-on naître les puissantes familles des sires de Baugé, de Beaujeu, des comtes de Savoie, des dauphins de Vienne, et des sires de Villars et de Thoire-Villars.
  La situation ne s’éclaircit qu’avec le traité de Paris du 5 janvier 1355 qui établit l’échange des enclaves savoyardes et dauphinoises et la création d’une limite naturelle entre le Dauphiné et la Savoie, à savoir depuis Lyon le Rhône puis le Guiers.

  Le 7 août 1325, Guigues VII, dauphin de Vienne, remporte sur Edouard, comte de Savoie, la bataille de Varey (Bugey). La Dombes change de suzerain. Ainsi, le 21 février 1334 [ou le 3 avril 1334 ? 1327 ?], Humbert V rend hommage au dauphin du Viennois pour le "donjon" de Montribloud, en lieu et place du seigneur de Beaujeu fait prisonnier à cette bataille, et allié du comte de Savoie.
  Plus tard, suite au règlement suivant la donation du Dauphiné au petit-fils du roi de France (1349), les seigneuries delphinales de la rive droite du Rhône sont échangées contre celles savoyardes de la rive gauche du Rhône en aval du Guiers. Aussi le 20 avril 1355, le sire de Villars fait hommage au comte de Savoie pour les fiefs et autres propriétés, dont Montribloud, pour lesquelles il devait précédemment hommage aux dauphins de Viennois.

Les Fonctions d’un château
  Un château de cette époque remplit des fonctions militaires, de justice et d’administration. Ils sont généralement constitués d’un donjon - en briques dans la Dombes – pour assurer le guet, et placé en bordure d’une basse-cour talutée et entourée d’un mur de briques ou d’une palissade de bois. Le donjon est surmonté d’une terrasse et peut être couronné de hourds en bois.
  On accède au château par un pont-levis franchissant un fossé sec ou sans eau. Cette entrée est protégée par une barbacane qui peut-être constituée de deux tours.

  L’aula, ou salle de justice, sert aussi de siège administratif pour la seigneurie. On y perçoit les redevances en nature et les droits féodaux. Autour de la cour du château, on trouve le logement d’une garnison mobilisable en cas de conflit, des greniers pour les vivres et des abris pour les animaux d’écurie. Un ou plusieurs agents seigneuriaux, dont le châtelain, résident au château et le seigneur y dispose d’un logis quand il y passe.
Tour-donjon de Montribloud

  C’est ainsi qu’on peut imaginer Montribloud, en l’absence d’études complémentaires ou de fouilles. Le donjon serait la tour de brique de la façade sud dont les murs ont à la base, deux mètres d’épaisseur. Une autre tour (protégeant le pont-levis ?) aurait été tronquée et englobée dans l’aile ouest au XVIIIème. Son soubassement a une largeur comprise entre un mètre et deux mètres cinquante. Les façades à l’ouest et au midi semblent construites sur les fondations des courtines. L’enceinte du château devait correspondre à peu près aux surfaces occupées par les constructions actuelles, les cours et terrasses.

   La construction du château de Montribloud va entrer en résonance avec la guerre de cent ans.
haut de page
.
Sommaire :
1. Montribloud au moyen-âge
2.
Montribloud pendant la guerre de Cent Ans
Encadrés
* La Dombes au moyen-âge
* Les fonctions d'un château
Hugues Brun
Chanoine du chapitre de Saint-Jean de Lyon dès le 8 avril 1274 [1275]. Il joue au chapitre un rôle très actif. Meurt avant le 15 octobre 1302.
poype
motte de terre artificielle, première étape dans la construction de maisons-fortes au moyen-âge
Hourd
galerie de bois établie en encorbellement au sommet d’une muraille pour en défendre l’accès au moyen de projectiles divers (huile bouillante,…)

Accueil
Location
Histoire du Château
Journées du Patrimoine
Circuit Patrimoine en Dombes
Documents
Informations